Adam Smith (1723-1790)

Partagez cette page

De tous les temps Adam Smith est la figure la plus illustre du capitalisme. Il est né à Kirkcaldy, en Écosse, une petite ville côtière près d'Edimbourg. Smith a étudié à l'Université de Glasgow et à Ballioll College à Oxford, en Angleterre. Plus tard, il a enseigné à Edimbourg et est devenu professeur à l'Université de Glasgow. Après un certain temps, Smith est allé en France pour être le tuteur du duc de Buccleugh et a rencontré Quesmay, Turgot et Voltaire. C’est en France que Smith a commencé à écrire La Richesse des nations et l’a continué à son retour en Ecosse. Ce travail très influent a été publié en 1776. En 1778, il a suivi les traces de son père en tant que fonctionnaire des douanes. Il est décédé à Edimbourg.

On connait surtout la contribution de Smith dans le domaine économique. Son point de vue de la religion et la morale a été sous-estimé. Dans la Théorie des sentiments moraux, Smith a discuté du rôle de la sympathie pour relier l'intérêt à la vertu. Si le marché libre arrive à fonctionner et que les gens affluent, ils auront le temps de s'inquiéter du sort des indigents. Dans une société primitive, les gens sont principalement axés sur la survie. En outre, Smith a fait valoir que le marché promeut des vertus telles que la responsabilité, l'honnêteté, la frugalité, la capacité et la maîtrise de soi. Dans la quête de l'acquisition de la richesse et la puissance, ces vertus sont nécessaires pour réussir. Dans le passé, il n'y avait aucun mécanisme de canalisation ou d'incitation du marché à exploiter la vertu. « Du riche et du puissant dépendait la tromperie et le privilège dans l'ère pré-commerciale »comme il l’écrit.

Outre le marché, d'autres institutions telles que l'église et la société, devraient renforcer la vertu. Smith affirme que la religion est une expression de la nécessité pour la justice et la bienveillance dans le monde matériel et «applique le sens naturel du devoir.» Cependant, Smith écrit aussi que l’église en tant qu’établissement, supprime l'incitation à faire du prosélytisme qui est, le financement de la religion à travers la fiscalité. Dans la société, Smith fait valoir qu’une association avec des personnes semblables favoriserait les mêmes effets. Si on a choisi de s'affilier à des gens de bien, de bons résultats ont davantage tendance à se produire.

Sources: Adam Smith dans son époque et la nôtre par Jerry Z. Muller (Princeton University Press, 1993), et Adam Smith: l'homme et ses œuvres par EG West (Liberty Press, 1976)