Anne Robert Jacques Turgot (1727-1781)

Partagez cette page

C'était  en l’an 1774, et des décennies d'entreprises publiques coûteuses et mal avisées laissaient le régime de Louis XVI débordé et chancelant sur le plan financier, une fois de plus, au bord de la faillite. Ainsi était la situation lorsque Anne Robert Jacques Turgot, baron de l 'Aulne fut nommé Ministre des Finances de la France.

A.R.J. Turgot est né à Paris dans une famille normande issue d’une lignée de fonctionnaires royaux. Il a d'abord obtenu les honneurs au Séminaire de Saint-Sulpice, puis à la grande faculté théologique de l'Université de Paris, la Sorbonne. Il devait entrer dans le clergé, mais se sentait appelé au service du gouvernement. Et bien qu'il ait eu de vastes intérêts intellectuels pour l'Histoire, la théologie, la littérature, la philologie et les sciences naturelles, il est aujourd’hui mieux connu pour sa carrière en économie, brève mais brillante.

L’approche de Turgot du libre marché est fermement ancrée dans son éducation théologique et découle de sa Foi en Dieu. Il a initié des réformes destinées à déréglementer l'agriculture et l'industrie, à encourager le libre-échange et l'ouverture des frontières, à établir des pratiques de travail équitables. Il pensait que l'élimination de ces restrictions sur l'économie ouvrirait la voie à une ère de prospérité sans précédent au point que les problèmes budgétaires du régime s'évaporeraient.

La finance révolutionnaire de Turgot fut un échec. En dépit de son libéralisme politique et économique, il a mis en œuvre ses réformes trop vite et trop durement, ce qui souleva les cris de désapprobation de l'aristocratie. On lui conseilla de mettre en œuvre ses réformes plus lentement et avec précaution, mais le sentiment d’une catastrophe imminente à la fois pour le régime et pour sa propre vie («Dans notre famille, nous mourons à cinquante ans » avait-il dit), le poussa à l’imprudence, et dans certains cas, à une élaboration despotique des politiques. Turgot fut rejeté par le roi en 1776. Ses pressentiments se justifièrent, il mourut en 1781 à cinquante-quatre ans, à la veille de la révolution la plus intolérante qui consommera le régime qu’il avait essayé de sauver si ardemment.

Sources: Pensée économique Avant Adam Smith par Murray N. Rothbard (Edward Elgar, 1995), et les citoyens: Une chronique de la Révolution française par Simon Schama (Vintage Books, 1989).