Dietrich Bonhoeffer (1906-1945)

Partagez cette page

Né le 4 Février 1906, à Breslau, qui faisait alors partie de l'Allemagne impériale, Dietrich Bonhoeffer a commencé sa formation théologique en 1923 à l'Université de Tübingen. Plus tard, il forma dans le cadre libérale les théologiens Adolf von Harnack et Reinhold Seeburg.

Après ce qu'il appellera plus tard une expérience de conversion, Bonhoeffer a intensifié son attention sur les problèmes contemporains de la théologie face à l'église. Avec la montée en puissance du parti nazi en Allemagne, Bonhoeffer fut parmi les premiers des théologiens allemands à percevoir l'omniprésence et l'importance de la menace nazie.

Lorsque le parti chrétien allemand pro-nazi remporta les élections municipales à l'été  1933, Bonhoeffer s’opposa rapidement  à l'antisémitisme des nazis dans un article important, «L'Église et la question juive». Dans cet écrit, Bonhoeffer donne un aperçu de son point de vue de base sur la relation de l'Église à l'État.

Le cadre est fondé sur une vision des autorités normatives du monde, d'abord articulées dans sa doctrine de l’«ordonnances de conservation» dans ses premières conférences universitaires et, plus tard, mis au point sous forme mature dans ses manuscrits d’éthique de début des années 1940. Dans ces derniers documents, Bonhoeffer parle de quatre mandats uniques et divinement institués dans le monde: le travail (ou le labeur), le mariage (ou  la famille), le gouvernement et l'église.

La reconnaissance du rôle légitime, mais limité du gouvernement dans les affaires humaines a permis à Bonhoeffer de s'opposer à la perversion de l'Etat représenté par les nationaux-socialistes.

    Le mariage n'est pas fait par le gouvernement, mais il est confirmé par le gouvernement. Les grandes sphères de travail ne sont elles-mêmes pas entreprises par le gouvernement, mais sont soumises à sa surveillance au sein de certaines limites, devenant plus tard direction gouvernementale. Le gouvernement ne devrait jamais chercher à devenir un facteur de ces zones de travail, car cela mettrait gravement en danger leur mandat divin face à ses propres attentes.

La résistance de Bonhoeffer au régime nazi a inclus son soutien et sa participation pastorale à la ‘Confessing Church’, accompagné d'autres théologiens éminents protestants comme Karl Barth ou Martin Niemöller, ainsi qu’une association complexe avec l'ensemble du mouvement œcuménique. Lorsque l'efficacité de l'opposition de l'Eglise Confessante face à Hitler fut émoussée et ses efforts pour ramener l'autorité morale du mouvement œcuménique un échec, Bonhoeffer fut soi-disant impliqué dans la conspiration Abwehr, qui visait à assassiner Hitler, renverser le régime nazi, et mettre fin à la guerre.

Après un emprisonnement pour son rôle dans l'évasion de Juifs vers la Suisse, Bonhoeffer fut impliqué dans la tentative d'assassinat du 20 Juillet 1944. À l'âge de 39 ans, il fut pendu par les SS au camp de concentration de Flossenbürg le 9 Avril 1945, quelques semaines avant la libération de la zone par les troupes alliées. La vie de Dietrich Bonhoeffer et sa mort sont un poignant témoignage de son attachement à la foi chrétienne et de son ardente opposition à l'absolutisme et l'idolâtrie de l'Allemagne nazie.