Walter Eucken (1891-1950)

Architecte intellectuel issu de la génération du miracle économique d'après-guerre en Allemagne de l'Ouest, Walter Eucken était le principal fondateur de la Freiburg School of Economics ordo-libérale. Le fils de Rudolf Eucken-lauréat du Prix Nobel de littérature en 1908-Walter Eucken, a étudié l'histoire avant de tourner son attention vers l'économie au cours de ses études aux universités de Bonn, de Kiel, et d'Iéna. Eucken est devenu ensuite professeur d'économie à l'Université de Fribourg en 1927, où il demeurera jusqu'à sa mort en 1950.

Bien que compétent dans l'économie technique, Eucken s’est principalement intéressé à la question plus large des règles juridiques qui rendent à la fois la liberté et l'économie de marché possible.

Le rôle économique de l'Etat, comme l’a fait valoir Eucken, doit être limité à la protection et à la défense des règles essentielles d'où nous tirons le type d'ordre juridique qui favorise le dynamisme du marché libre. Eucken a jugé que l'autorité de l'Etat doit être utilisée, et utilisée vigoureusement, dans le but de respecter la primauté du droit, la propriété privée, la liberté de contrat, et l'ouverture des marchés. Mais une fois que l'état se déplace au-delà de ces paramètres, Eucken nous met en garde, parce qu’à la fois la liberté et la prospérité économique sont alors mis en danger.

Après la prise du pouvoir en 1933 par les nationaux-socialistes,  Eucken a maintenu des contacts avec d'autres partis Allemands antinazis qui comprenaient la nécessité de réfléchir à la façon de faire la transition d'une Allemagne post-nazie vers une société marquée par la liberté ordonnée plutôt que par le socialisme ou le communisme.

Ainsi, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Eucken a été l'un des rares individus capables de présenter d’un point de vue intellectuel l'économie de marché pendant que l’Allemagne était occupée. Alors que la réforme de la monnaie en Allemagne de l’Ouest en 1948 et l'abolition de contrôle des prix furent conçues par Ludwig Erhard, ce dernier reconnut lui-même Eucken comme le parrain intellectuel de ces changements qui firent passer l’Allemagne de l'Ouest des décombres à la richesse en moins de dix ans.

Walter Eucken n’a jamais fait un mystère de ses convictions chrétiennes. À la première réunion de la société du Mont-Pèlerin convoquée par Friedrich Hayek en 1947, les participants furent frappés par la compatibilité essentielle du christianisme avec l'ordre du marché grâce à la force de conviction d’Eucken. L’utilisation par Eucken du terme ‘ordo’ s'explique en partie par son effort pour rétablir les liens entre la doctrine sociale chrétienne et la pensée du marché libre. Quand les bonnes conditions sont réunies, Eucken était persuadé que les marchés donnaient une expression économique à la dignité innée de l'homme d’une manière que les alternatives collectivistes ne pouvaient jamais le faire elles. Mort prématurément  à l'âge de 59ans, Euken fut une perte douloureuse pour la cause de la liberté et de la foi chrétienne dans une Europe qui en avait profondément besoin.